Nouvelles Peintures

Home » Nouvelles Peintures


Le mystère de la foi (2)

Voir le détail →

Le Bal des masqués

Titre dérivé de l'opéra « Un Bal Masqué » (« Un Ballo in Maschera ») du compositeur italien Giuseppe VERDI (1813-1901).
Voir le détail →

Les enfants soldats

Un enfant soldat est un enfant combattant, fille ou garçon (40% sont des filles), de moins de 18 ans, le plus souvent enrôlé de force, parfois dès l’âge de six ans. En 2017, l’association Child Soldiers International estimait leur nombre à plus de 100.000 dans le monde.
Voir le détail →

Les enfances volées

Les petits esclaves domestiques.
Voir le détail →

« La Ballade des Pendus », de François Villon

En souvenir du poème « La Ballade des Pendus » du très tumultueux François VILLON, plusieurs fois impliqué dans des vols et autres affaires judiciaires au cours de sa vie. Né à Paris en 1432, François VILLON a écrit ce poème en prison après avoir été condamné à la pendaison suite à une rixe ayant entraîné la mort d'un dignitaire du clergé. Il a disparu en 1463 après que sa peine ait été commuée en un bannissement pour dix ans. « Frères humains qui après nous vivez N'ayez les cœurs contre nous endurcis, Car, se pitié de nous pauvres avez, Dieu en aura plus tost de vous merciz. Vous nous voyez cy attachez cinq, six Quant de la chair, que trop avons nourrie, Elle est pieça devoree et pourrie, Et nous les os, devenons cendre et pouldre. De nostre mal personne ne s'en rie : Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre! Se frères vous clamons, pas n'en devez Avoir desdain, quoy que fusmes occiz Par justice. Toutesfois, vous savez Que tous hommes n'ont pas bon sens rassiz; Excusez nous, puis que sommes transis, Envers le filz de la Vierge Marie, Que sa grâce ne soit pour nous tarie, Nous préservant de l'infernale fouldre. Nous sommes mors, ame ne nous harie; Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre! La pluye nous a débuez et lavez, Et le soleil desséchez et noirciz: Pies, corbeaulx nous ont les yeulx cavez Et arraché la barbe et les sourciz. Jamais nul temps nous ne sommes assis; Puis ça, puis la, comme le vent varie, À son plaisir sans cesser nous charie, Plus becquetez d'oiseaulx que dez à couldre. Ne soyez donc de nostre confrarie; Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre! Prince Jhesus, qui sur tous a maistrie, Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie : A luy n'avons que faire ne que souldre. Hommes, icy n'a point de mocquerie; Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre. » (Transcription : Lagarde et Michard)
Voir le détail →

Les Lionnes

Voir le détail →

Le mystère de la foi (3)

Voir le détail →